Plan vert : un outil de gestion des paysages de notre ville

L’idée de ce nouvel outil est de rationaliser les modes de gestion des espaces verts publics en préservant la ressource en eau et en favorisant la biodiversité. C’est pourquoi il comprend une partie dédiée à la gestion différenciée des espaces. Des préconisations d’entretien ont donc été définies en fonction de l’usage et de la situation géographique des espaces verts communaux. Cette cartographie servira de cadre aux personnels chargés de leur entretien et permettra à chaque habitant de situer le type de gestion affecté au secteur où il réside.

La gestion différenciée fait évoluer le modèle horticole standard. Elle permet de gérer au mieux le patrimoine vert d’une commune avec des objectifs précis et en tenant compte des moyens humains. Elle crée de nouveaux types d’espaces, correspondant mieux aux fonctionnalités auxquels ils sont dédiés. C’est ainsi qu’une zone d’activité pourra supporter une ambiance quasi naturelle là où le centre-ville, lieu de réunion de la population, sera agrémenté d’un fleurissement exigeant en soins et en eau.

 

LES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX

  • Préserver et enrichir la biodiversité des espaces naturels.
  • Limiter les pollutions.
  • Promouvoir une meilleure gestion des ressources naturelles.

 

LES ENJEUX ÉCONOMIQUES

  • Optimiser les moyens humains, matériels et financiers (chaque espace ne remplit pas les mêmes fonctions et n’exige pas une gestion horticole).
  • Maîtriser les temps de travaux.

 

LES OBJECTIFS

  • Réduction de l’emploi des produits chimiques et développement des techniques alternatives de désherbage.
  • Diminution de la fréquence des tontes sur certaines zones.
  • Limitation des petites surfaces engazonnées.
  • Diminution de l’arrosage (paillage, choix de plantes sobres…).

 

D’ores et déjà les actions se mettent progressivement en place, en parallèle du plan de désherbage déjà actif sur la commune. Pour exemple, la ville vient de lancer des travaux de requalification de la rue de l’Océan en veillant à l’adéquation du projet avec les chartes paysagères qui ont été définies.

Travaux 4

 

 

© Cécile Lamy-Rousseau – Bureau d’étude de la ville

 

 

Il ne faut pas oublier les arrêtés préfectoraux concernant l’utilisation des produits phytosanitaires, et pour cela la ville continue sur sa lancée avec la mise en place de méthodes alternatives : fauchage, paillage des massifs et des pieds d’arbres, plantation de vivaces couvre-sol, balayage mécanique des voiries et arrachage manuel, désherbage à l’eau chaude (eau de pluie récupérée sur les bâtiments communaux). La population hilairoise sera prochainement invitée à découvrir une synthèse de l’étude du plan vert qui sera présentée sous forme de panneaux d’exposition, dans le hall de l’Hôtel de ville.

Voici une des solutions pour limiter les besoins en désherbage : les semis de vivaces en pied de murs. La ville souhaite proposer aux habitants d’embellir leurs pieds de murs en les fleurissant. Pour cela, un cadre d’action a été défini dans un court cahier des charges, ce qui permettra à chacun, après engagement, de s’impliquer. Dans le cas contraire, les services pourraient ne pas comprendre la démarche et désherber malgré tout. Cet aspect officiel vise à conforter et fédérer toutes les initiatives.

Pieddemur