Culture et Loisirs, Vie locale

Publié le jeudi 29 mars 2018

relevons le défi « Zéro poubelle »

L’un des problèmes urbains les plus difficiles à résoudre concerne le tri des déchets déposés dans les poubelles des espaces publics. Tous les rapports, dont dernièrement celui des Nations Unies, disent la même chose : si les citoyens ne s’investissent pas dans la gestion des déchets de leur ville, aucune technologie ou action publique ne pourra le résoudre.

Ainsi, pour atteindre le « zéro déchet » sur notre commune, nous devons tous être mobilisés.

Saint-Hilaire-de-Riez prend le pas de nombreuses initiatives pour une ville propre, agréable à vivre, sans déchets. Cette action vise à responsabiliser chacun de nous au tri maximum de ses déchets.

Pour ce faire, Trivalis, syndicat mixte départemental d’études et de traitement des déchets, a considérablement élargi le panel des emballages recyclables à déposer dans les poubelles jaunes ou en accès libres, aux points d’apport volontaire. Le volume global d’ordures ménagères de chaque habitant doit donc diminuer puisque l’enlèvement des déchets recyclables est gratuit, et qu’il concerne beaucoup plus de matières qu’auparavant.

Parallèlement, la communauté de communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie a mis en place une redevance incitative qui permet d’être facturé en fonction de la quantité de déchets que nous produisons.

GESTION DES DÉCHETS QUI FAIT QUOI ? La communauté de communes, compétente en matière d’élimination et de valorisation des déchets ménagers, a transféré à Trivalis une partie de cette compétence, comprenant le traitement ainsi que les opérations de transport, de tri, de compostage et de stockage. www.payssaintgilles.fr Pour résumer : la collecte est assurée par la communauté de communes, le syndicat Trivalis réalise ensuite le traitement de ces déchets. http://trivalis.fr/

Pour accompagner cette politique, la commune continue d’aménager des points d’apport volontaire avec des bornes enterrées ou semi-enterrées (quand la nappe phréatique est proche de la surface), beaucoup plus intégrées dans le paysage que les bacs aériens. Cela concernera 18 sites au total d’ici le 1er juin 2018.

Cliquez sur l’image ci-dessous, pour télécharger la liste des points d’apport volontaire