Culture et Loisirs

Publié le vendredi 2 février 2018

Régine d’Humilly et ses enfants

Régine d’Humilly, aujourd’hui âgée de 91 ans, et résidente à l’EHPAD Louis-Caiveau, a consacré sa vie aux orphelins. Comme institutrice, dès l’âge de 16 ans, et aujourd’hui encore grâce à son association « Les orphelins de Régine d’Humilly », une structure d’aide qu’elle a créée au lendemain de la chute du régime totalitaire en Roumanie, alors que l’on découvrait l’état pitoyable des orphelinats du pays. « J’étais tellement triste de voir la misère des gens là-bas et surtout des enfants des orphelinats. En 1991, avec des amis, on a décidé d’y aller. On avait gagné un peu d’argent avec les livres que j’avais vendus. »

Un très bel article de Claire Giovaninetti, journaliste à la rédaction Ouest-France de Saint-Gilles-Croix-de-Vie,  lui a été consacré dans l’édition du 2 février 2018 (cliquez sur l’image ci-dessous pour pouvoir lire l’article).

 

« Le car bleu »

Infatigable écrivaine, Régine a su raconter avec la grande sensibilité et l’altruisme qui la caractérisent, l’histoire des grandes vacances qu’elle a organisées pendant des années pour « ses orphelins », à Saint-Hilaire-de-Riez. Dans les années 1950, avec 30 000 anciens francs, la jeune femme achète un bout de terrain en bord de mer à Saint-Hilaire-de-Riez, et un car, bleu, sans roues, ni moteur, pour pouvoir les loger. François (Itxassou, Pays Basque), un ancien pensionnaire, témoigne : « Quand vous me parlez du « Car bleu » et des vacances à Saint-Hilaire-de-Riez, en Vendée, j’ai des souvenirs de ‘’Mam’zelle Régine’’ qui avait bien du mal à boucler son budget ! J’avais 16 ou 18 ans, […] nous étions adolescents, un peu dissipés et affamés. On allait à la pêche aux coques et aux moules […]. Pour vous dire qu’il fallait gérer la troupe, et elle le faisait toujours avec bienveillance. […] les jeunes avaient des vacances, et bien souvent sur les fonds propres de ‘’Mademoiselle’’. »

Cliquez sur l’image ci-dessous pour pouvoir lire la 4ème de couverture du livre.

« Le livre public »

« Le car bleu » a été imprimé à 2000 exemplaires grâce à l’association de plusieurs acteurs : le journaliste Michel Cavard, ami de Régine, l’éditeur François Michalon chez Première impression, et la Nouvelle Imprimerie Laballery.

François Michalon, le 25 janvier 2018, en conférence de presse : « Je suis fier de ce livre. Très heureux pour cette première édition qui véhicule un message d’amour. »

L’expérience est inédite. Ce livre, entièrement financé par la ville de Saint-Hilaire-de-Riez, est mis à disposition gratuitement. Vous pouvez d’ailleurs vous le procurer en mairie ou à la médiathèque et à l’Office de tourisme.

C’est aussi un livre qui se partage. Une fois lu, vous avez la possibilité d’annoter vos commentaires sur des pages dédiées à cet effet, avant de le passer à un ami, un cousin, un voisin…

Une fois toutes les pages de commentaires remplies, ou bien si l’ouvrage est trop abîmé, vous pouvez, grâce à sa quatrième de couverture, le renvoyer à l’imprimeur, qui se chargera de transmettre les annotations des lecteurs à l’éditeur et à l’auteur, avant de le recycler.

25 janvier 2018

Autour de Régine d’Humilly, les aventuriers  du « Livre public ».

Daniel Esnault, vice-président des Vendéens de Paris, Laurent Boudelier, maire de Saint-Hilaire de Riez, Michel Cavard, journaliste et ami de Régine d’Humilly, François Michalon, éditeur chez Première impression et Érick Piton, de la Nouvelle Imprimerie Laballery. ©Le Courrier vendéen